• Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)Série "de recherche de bien donneur" (Suite)


    votre commentaire
  • 7. Lettre de La Rochefoucauld à Mme de Sablé. Fin
    1662, ou 1663.

    « Ce qui fait tout le mécompte que nous voyons dans la reconnaissance
    des hommes, c’est que l’orgueil de celui qui donne
    et l’orgueil de celui qui reçoit ne peuvent convenir du prix du
    bienfait. »
    – 382 –
    « La vanité et la honte et surtout le tempérament font la valeur
    des hommes et la chasteté des femmes, dont on mène tant de
    bruit. »
    « Il y a des gens dont tout le mérite consiste à dire et à faire
    des sottises utilement, et qui gâteraient tout s’ils changeaient de
    conduite. »
    « On se console souvent d’être malheureux en effet par un
    certain plaisir qu’on trouve à le paraître. »
    « On admire tout ce qui éblouit, et l’art de savoir bien mettre
    en oeuvre de médiocres qualités dérobe l’estime, et donne souvent
    plus de réputation que le véritable mérite. »
    « L’imitation est toujours malheureuse, et tout ce qui est
    contrefait déplaît avec les mêmes choses qui charment lorsqu’elles
    sont naturelles. »
    « Peu de gens connaissent la mort ; on la souffre non par la
    résolution, mais par la stupidité et par la coutume, et la plupart
    des hommes meurent parce qu’on meurt. »
    « Les rois font des hommes comme des pièces de monnaie :
    ils les font valoir ce qu’ils veulent, et on est forcé de les recevoir
    selon leur cours et non pas selon leur véritable prix. »

    Voilà tout ce que j’ai de maximes que vous n’ayez point. Mais
    comme on ne fait rien pour rien, je vous demande un potage aux
    carottes, un ragoût de mouton et un de boeuf, comme ceux que
    nous eûmes lorsque M. le commandeur de Souvré dîna chez vous,
    de la sauce verte, et un autre plat, soit un chapon aux pruneaux,
    ou telle autre chose que vous jugerez digne de votre choix. Si je
    pouvais espérer deux assiettes de ces confitures dont je ne méritais
    pas de manger d’autrefois, je croirais vous être redevable
    toute ma vie. J’envoie donc savoir ce que je puis espérer pour lundi à midi ; on apportera tout cela ici dans mon carrosse, et je
    vous rendrai compte du succès de vos bienfaits.
    Je vous supplie très humblement de me renvoyer les quatre
    maximes que nous fîmes dernièrement, et de vous souvenir que
    vous m’avez promis le Traité de l’amitié et ce que vous avez ajouté
    à l’Éducation des enfants.
    Ce vendredi au soir.
    « Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit. »


    votre commentaire
  • De : Jocelyn Gasnier (jocelyn_gasnier@hotmail.com)
    Envoyé : ven. 20/01/12 22:01
    À : j.l.r@wanadoo.fr

    Il est très intéressant pour moi d'avoir Testimony : The Unites-States 1885-1890  de Reznikoff en tête actuellement

    J'avais, il y a deux ans, approché l'idée que "les actions du réel, fait-divers, ne peuvent être jugés, s'ils ne sont pas rejoués, dédoublés, c'est à dire, de poser un point de vue, un cadre à penser"
    J'avais pris comme base un passage du crépuscule des idoles de Nietzsche, sur le redoublement du réel comme faisant partie du processus fictionnel du réel et des textes de Brecht sur la distanciation et la mise en conscience en affirmant la re-présentation

    Et j'avais donc en discutant par mail avec Florent, soulevé ce problème de "juger" l'action réelle,  problème moral

    Et voilà que grâce à vous, je découvre Reznikoff qui comme par hasard a publié des comptes rendus de ce qu'il se passait dans les tribunaux. c'est simplement ce geste, qui aurait pu résoudre mes questions à ce moment... Quelle joie, et d'où mon mot un peu léger "Cependant c'est une forme séduisante"

    il y aussi ici, quelque chose d'autre qui m'intéresse. C'est que la "subjectivité" Reznikoff publie, rapporte, écrit de façon la plus distancié possible les paroles d'un tribunal. Ce qui se passe au tribunal est un processus de fiction du réel, mettant en place tout un système rhétorique "objectif" mais le publier dans un livre et affirmer cette fiction du réel (le tribunal) comme le réel objectif est à mon sens le seul chemin pour une "vérité". Pour être plus clair, je pense que la vérité n'est pas un absolue mais une construction affirmée qui s'installe (Heidegger) à travers un point de vue subjectif (en train de persuader). Une espèce de surimpression d'impression (distanciation?), titre du recueil d'aphorismes que j'écris : Surimpression de vos impressions ou (sous-titre), mais aussi geste plastique que je développe à travers la capture vidéo de "moment de vie", comme une conversation sur le marché, et d'un sous-titrage décalé aux paroles de la conversation qui va installer ma vidéo et cette nouvelle conversation dans le réel évitant la rupture platonicienne du réel et du monde des apparences

    Il me manque encore beaucoup d'outil pour en parler, mais ce sont des intuitions que j'essaie de travailler

    Amicalement

    Jocelyn


    votre commentaire
  • Heidegger - De l'Origine de l'Oeuvre d'Art

    http://ourednik.info/consultables/OUREDNIK_2003_Dilthey.pdf

     

    Il y a des textes qu'on voudrait écrire, puis on tombe dessus sous la plume d'un autre, au détour d'intuitions et de passions qui n'ont jamais l'air d'être des accidents. Mon intérêt pour « l'herméneutisme », passion qui débuta par une femme, découverte de Dilthey et Gadamer à cette époque. Courant de philosophie qui prévient justement de ces amours intéressés des textes à travers les passions de la vie présente, philosophie de l'interprétation qui a pour point culminant et débutant la séparation entre sciences de la natures et sciences humaines par Willem Dilthey. Aujourd'hui je tombe sur un texte de Heideigger (maître de Gadamer) et c'est un retour sur mes recherches actuelles (ma volonté d'écrire sur ce sujet) et mon travail plastique comme si Heidegger avait parlé de ce que j'ai mis en place récemment; Mais peut être avais-je ce texte déjà en tête inconsciemment. Peu importe si c'est moi qui fait allusion à lui ou si c'est lui qui parle de moi. La chose est là

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires